Selon l’enseignement de Yogi Bhajan, la pratique répétée d'un Kriya pendant 40, 90 voire 120 jours consécutifs, en amplifie les bénéfices en inscrivant en profondeur l’expérience et souvent un changement d’habitude associé.

 Parallèlement il existe un très grand nombre de Kriyas.

 Ainsi, la découverte de la variété et en même temps de la connaissance profonde de Kriyas, permet de comprendre que « mathématiquement » la maîtrise complète de cette pratique prendra plus d’une vie, même avec une persévérance quotidienne.

  De là à dire que tout humble pratiquant se reconnaîtra « débutant » quel que soit le nombre d’années de pratique, on comprendra mieux le sens de ce propos attribué à Yogi Bhajan :

"If you want to learn something, read about it.

If you want to understand something, write about it.

If you want to master something, teach it."

Pourtant nous pouvons avoir l’impression qu’un Kriya est plus difficile qu’un autre, qu’untel tient mieux une posture particulière, que d’autres connaissent d’avantage de mantras, etc … bref chacun(e) a toujours mille raisons de se persuader de ne pas être aussi bon, aussi talentueux, aussi souple, aussi vigoureux, que d’autres. Toute tentative de comparaison et jugement graduel dans la pratique du Kundalini Yoga sont en définitif que des soubresauts de l’égo blessé nous renvoyant à notre enfant intérieure mal aimé qu’il s’exprime par un complexe d’infériorité ( habituellement) ou un complexe de supériorité. Dans ce dernier cas, et agissant dans le cadre d’une pratique spirituel, nous pouvons le qualifier comme «égo spirituel», quand la maîtrise hypothétique d’une technique rencontre une conscience du « moi » fragilisé.

L’affirmation qu’il n’y ait pas de « niveau » dans l’enseignement du Kundalini Yoga, ne signifie aucunement l’absence de progression dans la pratique. Bien au contraire, l’expérience concrète du pratiquant lui permet de progresser, souvent rapidement, et de ressentir les bienfaits, tant au niveau physique que psychologique : résistance, tonicité, état de santé, équilibre psychique, joie de vivre,….

La pratique intense de la méditation est partie inhérente et intégrée dans chaque cours et prend des formes diverses et variés. Sa forme peut même surprendre celles et ceux qui confondent « méditation » avec un silence extérieur et retraite de la vie quotidienne, voire la pratique de l’ascèse. En fait, la méditation est un état de présence à l’instant et le but ultime de la pratique du yoga. C’est expérience de l’état de méditation, moments subtils, brefs, éphémères peut-être au départ, puis de plus en plus accessibles avec la pratique, qui permet éventuellement de pouvoir distinguer un débutant d’une personne expérimenté.

Conclusion : Pratiquez et expérimentez là où vous en êtes sans vous préoccuper de votre niveau en comparaison avec une échelle forcement inutile et inadéquate.