Selon le tantrisme tout ce qui existe dans l'univers existe également dans l'homme. L'homme est un microcosme, fidèle reflet du macrocosme. Il y a donc en l'homme tous les plans vibratoires de l'énergie primordiale. Ceux-ci se matérialisent sous la forme de différentes enveloppes corporelles. La première enveloppe correspondant au plan strictement matériel est le corps physique. Autour du corps physique une autre enveloppe correspond au mental (intellect + Affectivité). C'est un niveau vibratoire de l'énergie plus subtil. infra-atomique. Une autre enveloppe entoure les deux précédentes, les yogins l'appellent le corps causal.

  1. - Le corps causal.

C'est lui qui délimite l'homme en tant qu'individu particulier et c'est de lui que procèdent les corps subtils et grossiers. Il correspond au plan de la conscience pure en l'homme. La conscience ici n'est ni objective (comme dans le corps physique) ni subjective (comme dans le corps subtil), mais simple et indifférenciée sans autre objet qu'elle-même.

Dans l'état de veille la conscience individuelle est associée au mental et aux sens. Dans l'état de sommeil avec rêves les sens se sont retirés, la personne est dans son corps subtil. Dans le sommeil profond le mental aussi s'est retiré et l'être est dans son corps causal.

Ainsi, l'individualisation de l'être humain s'établit d'une façon échelonnée selon les plans de vibrations plus ou moins denses de la Prakriti. La microcosme reflète le macrocosme. L'être cosmique se reflète dans l'individu, on l'appelle alors ATMAN (le concept occidental le plus proche d'âtman est l'âme). L'atman n'est pas individualisé, ni actif, ni agissant. C'est la présence en chacun de l'are éternellement libre, source première de conscience et de vie, le plan "divin" en chaque être vivant qu'il illumine de sa lumière.

La première manifestation du reflet de l'être cosmique dans l'être individuel (l'âtman) est la Buddhi. La Buddhi est le principe de l'intellect supérieur, l'intuition, c'est l'élément transcendantal de l'être humain.

La Buddhi est la conscience impersonnelle qui crée les concepts et les idées générales. C'est le témoin intérieur, juge impartial qui n'est pas lié au moi personnel. Ce plan correspond au corps causal, c'est l'état spirituel le plus élevé que l'on puisse atteindre par le yoga.

  1. - Le corps éthérique.

Ensuite vient en l'homme sa conscience individuelle organisée autour du sentiment du moi (ahamkara). C'est par elle que l'homme se conçoit comme un être particulier, individuel, séparé des autres. C'est par elle qu'il désire et repousse, qu'il distingue le sujet et l'objet. C'est de ce moi, que nait le désir de vivre dans le monde de s'affirmer, de jouir, de posséder, de s'opposer. C'est le niveau du corps éthérique. A ce niveau on trouve les facultés internes de connaissance qui permettent à l'homme de se situer dans le monde : les 5 sens de perceptions (vue, ouïe, odorat, goût, toucher) et les 5 sens d'action (parole, préhension, marche, excrétion, génération) ce sont les Indryas. On trouve également à ce niveau le mental proprement dit : MANAS (raison, mémoire, imagination), c'est la conscience individuelle formelle. Le corps mental contient deux niveaux. Le mental qui alimente les processus de pensée rationnelle, discriminante et intellectuelle et d'autre part, le niveau "astral" dans lequel l'individu fait l'expérience du jeu des émotions et ressent les joies et les peines de l'existence. C'est le niveau émotionnel des processus mentaux.

  1. - Prana et le corps pranique.

Prana est l'énergie subtile, invisible, universelle de la vie omniprésente qui circule dans tout le cosmos. Le Prana est en quelque sorte la force vitale de l'atome. C'est lui qui vivifie les corps grossier et subtil décrits plus haut et qui les maintient comme organismes cohérents. Il se manifeste dans toutes les créatures qui respirent et tous les êtres n'existent qu'aussi longtemps que le prana est dans le corps. Le troisième niveau de corps subtil, le corps "pranique" se situe entre le corps mental (siège du mental et de l'affectivité) et le corps physique. Contrairement aux deux corps précédents qui sont de forme ovoïde, celui-ci est de forme identique à celle du corps physique. Il pénètre chaque atome chaque molécule, chaque cellule du corps physique et est directement relié au système nerveux qu'il nourrit, contrôle et galvanise. Il est constitué d'un fin réseau de courants énergétiques. Ces innombrables canaux appelés nadis forment le modèle archétypal, le cadre, sur lequel est ban le corps physique. Le corps pranique agit principalement comme récepteur assimilateur et transmetteur de prana. (La plupart des exercices yoguiques et notamment les exercices respiratoires - pranayamas - travaillent à la purification de ce corps).

Le prana est donc le lien vital entre les corps subtils et le corps grossier. Les corps subtils et grossier sont vitalisés par le prana et le corps pranique met en correspondance les corps subtils et par eux le corps matériel. Il existe dans cette enveloppe subtile des centres où aboutissent des "nadis" et qui servent à la fois de régulateurs et de transformateurs du prana. Ce sont des centres de conscience qui travaillent au ralenti chez l'homme ordinaire, mais qui peuvent être "éveillés" par certaines pratiques yoguiques. Cet éveil augmente leur capacité pranique et détermine également des changements extrêmement profonds dans l'être humain. Ces centres d'énergie sont appelés "Chakras" et nous les étudierons dans un prochain chapitre. Leur éveil se fait par la mise en action d'une force qui est à l'état latent dans tout être humain et qui est une représentation de la Shakti, la puissance cosmique assoupie dans l'homme : Kundalini.

La pure et libre activité de cette force suprême permet à l'homme qui l'a éveillée d'atteindre la pleine réalisation de son potentiel et d'atteindre le niveau de conscience le plus élevé : la conscience cosmique qui est en lui.