Le Kundalini Yoga emploie un large éventail de techniques respiratoires.

La respiration, son rythme et sa profondeur  sont en corrélation avec nos différents états de santé, de conscience et d'émotion. Si la respiration n'est pas maîtrisée, elle reflète et amplifie ceux-ci. Nos états émotionnels sont en interaction directe avec le rythme cardiaque, et le rythme cardiaque avec la respiration. Nous ne pouvons pas maîtriser notre mental, ni notre rythme cardiaque, mais nous pouvons jouer sur notre respiration. Par la prise de conscience et la maîtrise du souffle, le yogi régule son mental, son métabolisme, son niveau de conscience.

Les études scientifiques récente ont montré ces interactions, connues depuis des millénaires par les Yogis. Elles ont aussi montré qu'en contrôlant et en ralentissant la respiration, le sang est mieux oxygéné.

Ces techniques respiratoires sont très variées et sophistiquées, et ont fait l'objet de nombreux traités yoguiques. Cette science est appelée le Pranayama.

Quelques techniques  fondamentales doivent être maîtrisées par l'étudiant pour pratiquer correctement les séries proposées en cours, ou dans le cadre de sa pratique personnelle:

La respiration longue et profonde et la respiration du feu

Les exercices sont souvent pratiqués avec une respiration puissante, rapide et rythmique.

En allant plus loin dans le pranayama, les respirations sont contrôlées: durée de l'inspiration, durée poumons pleins, durée de l'expiration, et rétention poumons vides. Elles peuvent aussi être fractionnées, associées à des pompages abdominaux, des mantras, des concentrations. Globalement, il s'agit de techniques extrêmement puissantes, qui ne doivent en aucun cas être explorées sans un enseignant, sous peine d'expériences très pénibles, éventuellement durables.

La respiration longue et profonde

Pour pratiquer cette respiration on respire toujours par le nez en commençant à faire descendre l’air le plus bas possible dans l’abdomen. Ensuite il faut remplir les poumons en dégageant le diaphragme par le bas, de manière à ne pas gêner l’expansion des poumons. En dernier on remplit l’espace sous les clavicules.
A l’expiration le chemin se fait à l’inverse. Pour vider l’abdomen complétement, il faut le tirer vers l’arrière et vers le haut afin d’expulser tout l’air.
Généralement nous utilisons seulement une petite partie de notre capacité́ respiratoire, il est donc important de porter son attention sur les espaces moins habituels qui sont le bas de l’abdomen et les clavicules. L’entrainement permet d’augmenter notre capacité́ pulmonaire jusqu’à huit fois. Par ailleurs l’élimination de toxines et du gaz carbonique est améliorée et le niveau acidité́-alcalinité́ équilibré.

Avec un rythme respiratoire de 8 fois par minute, l’hypophyse va commencer à secréter pleinement, à quatre fois, la glande pinéale va commencer à fonctionner pleinement. Ces hormones aident à entrer dans un état méditatif profond.

La respiration du feu

Cette respiration est très utilisée dans la pratique du Kundalini-Yoga.
L’image du chien haletant semble le mieux convenir pour comprendre cette respiration. Tel un chien capable de haleter pendant longtemps parfaitement relaxé, notre respiration du feu devrait être régulière, simple, sans effort. Le rythme respiratoire est très rapide (2 à 3 fois par seconde), continu et puissant, sans pause entre expiration et inspiration. A l’expire, l’air est expulsé par un mouvement de contraction du diaphragme vers la colonne vertébrale. Pendant ce mouvement la région de la poitrine est modérément relaxée.


L’inspiration se fait de manière spontanée suite au relâchement de l’abdomen. Il faut veiller à garder l’inspire et l’expire parfaitement équilibres afin d’éviter l’hypo- ou l’hyperventilation.

Pour vous exercer, commencez cette respiration par la bouche avec la langue tirée, gardez la concentration sur le mouvement abdominal et fermez ensuite la bouche. La respiration du feu est particulièrement efficace pour l’élimination des toxines des poumons, pour purifier le sang, et équilibrer le champ électromagnétique (aura). Elle a un effet très vitalisant car l’échange pra
̂na/apana au centre du nombril est stimulé. C’est aussi cette respiration qui peut générer la chaleur psychique nécessaire pour l’éveil de la Kundalini. 3 minutes de Respiration de feu permettent parfois de changer totalement l’état énergétique !